arrow-nextarrow-prev close cocotte hamburger lock logo-footerlogo-home-xs couvertstoque quote-closequote-open spiral twitterverre
dégustation pacherenc
Le blog

5 choses à savoir sur le Pacherenc du Vic-Bilh

Vous avez entendu parler du Pacherenc du Vic-Bilh ? C’est le moment de mieux faire connaissance ! Terroir, cépage, vendanges, et dégustation : voici les clés pour comprendre ce qui fait la spécificité de cette appellation du Sud-Ouest…

Catégorie : Comprendre
Date : 24 septembre 2019

1. Le Pacherenc du Vic-Bilh est-il un Madiran ?

Parce qu’ils partagent un même territoire, on les associe souvent, mais ce sont des vins tout à fait différents. Pas de confusion possible : le Pacherenc du Vic-Bilh est un vin blanc tandis que le Madiran est un vin rouge. Le Pacherenc du Vic-Bilh appellation confidentielle de seulement 300 hectares !

Ces deux appellations trouvent leur source dans le piémont pyrénéen, à la jonction de 3 départements : le Gers, les Hautes-Pyrénées et les Pyrénées-Atlantiques. Là-bas, les petites vallées sont séparées par des collines vallonnées, 4 lignes de crêtes, entre 150 et 300 mètres d’altitude. Le climat est de type océanique, avec des printemps pluvieux, des étés chauds et généralement de la chaleur et sécheresse en arrière-saison accompagnés de vent du sud : Foehn.

Des conditions idéales
pour une concentration lente des raisins sur le pied de vigne !

2. D’où vient ce nom original ?

Pas facile à prononcer la première fois, n’est-ce-pas ? Pacherenc vient de la contraction d’un expression béarnaise « Pachets en renc » qui signifie piquets (de vigne) en rang.

Vic-Bilh quant à lui signifie « le vieux pays » et correspond au territoire qui couvre le nord-est du Béarn, avec les cantons de Lembeye, de Thèze et de Garlin.

3. Quels sont les cépages du Pacherenc du Vic-Bilh ?

Le Pacherenc-du-Vic-Bilh est élaboré à partir de cépages locaux, proches de ceux du Jurançon. Pour bénéficier de son AOC, il doit être produit à partir d’un encépagement minimum de 60 à 80% en Petit ou Gros Manseng et Petit Courbu. Il peut aussi être assemblé avec un cépage minoritaire comme l’Arrufiac.

Le Petit Manseng apporte les arômes fruités et floraux
Le Gros Manseng : la vivacité et la charpente
Le Petit Courbu : la rondeur
L’Arrufiac : la finesse

4.  Sec et doux : deux déclinaisons du Pacherenc

D’abord connu pour ses blancs doux, le Pacherenc s’est ensuite diversifié avec de très jolis blancs secs, appréciés pour leur fraicheur et leur complexité aromatique. Voici comment les différencier :

Le Pacherenc du Vic-Bilh doux est intense, équilibré et sucré. Les raisins sont récoltés après passerillage. Pour bien comprendre, le passerillage sur souche, le grain se charge en sucre et conserve son acidité, garant de fraîcheur. Cet enrichissement naturel est possible grâce à l’effeuillage de la vigne au niveau des grappes.

Pour profiter du soleil le plus longtemps possible, les vendanges du Pacherenc du Vic-Bilh doux sont tardives et en plusieurs tries. Elles ont lieu de la mi-novembre au 31 décembre.

De son côté, le Pacherenc du Vic-Bilh sec est un vin plus confidentiel et surprenant. Il se caractérise par sa fraîcheur et ses notes fruitées. Ses vendanges ont lieu courant septembre, en même temps que le Madiran.

Les Pacherenc secs sont issus des collines donnant à l’ouest, les doux cueillis à sur-maturité, préfèrent les versants exposés au sud.

Bon à savoir : s’il est écrit seulement Pacherenc du Vic-Bilh sur l’étiquette, c’est forcément un doux. Lorsque c’est un sec, c’est toujours précisé.

5. La dégustation d’un Pacherenc du Vic-Bilh

Tout ceci vous aura mis l’eau à la bouche… et vous avez bien raison ! Voici ce qui vous attend à la dégustation d’un Pacherenc du Vic-Bilh….

Le Pacherenc doux séduit par sa robe ciselée d’or et de cuivre, brillante. Il offre un nez de fruits confits (poire, pomme, coing), de miel et d’épices, une bouche ample et équilibrée. Le palais est vivace. C’est un vin blanc gras et puissant, qui se développe en rondeur dans un parfait équilibre.

  • Servez-le idéalement à 8°C
  • Associez-le à vos fromages, et plats sucrés ou salés (roquefort, foie-gras, salades de fruit, risotto aux morilles, panacotta coco…)